Chondrichthyes

Chondrichthyes

Les Chondrichthyes (Les Chondrichtyens), également appelés poissons cartilagineux, sont un groupe de vertébrés aquatiques très anciens. Bien qu'ils ne soient pas aussi nombreux ou diversifiés que les poissons osseux, leur adaptabilité morphologique, leur tissu musculaire nageant, leurs organes sensoriels et leurs puissantes habitudes de prédation et leurs mâchoires indiquent qu'ils ont reçu un statut écologique ferme dans l'environnement dans lequel ils vivent.

Dans cet article, nous allons vous dire tout ce que vous devez savoir sur les Chondrichthyes, leurs caractéristiques et leur biologie.

Principales caractéristiques des Chondrichthyes

reproduction des poissons cartilagineux

Il existe deux types de poissons cartilagineux. Ensuite, nous décrirons ses principales caractéristiques :

Élasmobranches

Les requins et les raies appartiennent à ce groupe d'animaux. Certains d'entre eux sont carnivores, ils localisent leurs proies grâce à leurs organes olfactifs en raison de leur faible développement visuel. Actuellement, il existe plus de 400 espèces de requins dans 8 ordres et environ 500 espèces de raies dans 4 ordres. Quant aux requins, la plupart ont les caractéristiques suivantes :

  • Corps: Un corps fusiforme avec un visage pointu avec un abdomen en avant. La queue du corps a une queue fermée anormale, c'est-à-dire qu'il existe deux formes et structures de feuilles différentes, dont l'une contient l'extrémité de la colonne vertébrale, et l'avant a une paire de nageoires pectorales, une paire de nageoires pelviennes , et deux dorsales. nageoires étranges. Chez les mâles, les nageoires pelviennes étaient auparavant modifiées en tant qu'organes sexuels pour l'accouplement et sont appelées glycoptères, ptéropodes ou genre.
  • Vision, peau et organes récepteurs : par rapport à la bouche, ils ont des narines uniformes, ventrales et antérieures. Les yeux n'ont pas de paupières, bien que certaines espèces aient des membranes nictitantes, avec une stomie derrière chaque paupière. La peau est dure et chez certaines espèces ressemble à du papier de verre, elle a des écailles en forme de plaque, également appelées écailles dermiques, qui sont disposées de manière à réduire les turbulences et à faire face vers l'arrière. Ils ont des névromes dans tout leur corps et leur tête, qui sont des récepteurs extrêmement sensibles aux vibrations et aux courants d'eau. Ils ont aussi des récepteurs spéciaux qui peuvent détecter les proies grâce au champ électrique qu'ils émettent, ce sont des ampoules de Lorenzini sur la tête.
  • Dents: Les dents ne se confondent pas avec la mâchoire inférieure, il y a deux rangées, la dernière rangée remplace les dents manquantes de la première rangée, donc de nouvelles dents peuvent toujours pousser. Selon les espèces, ceux-ci peuvent avoir une forme dentée pour couper les aliments, tranchants et avoir une fonction de préhension, dans le cas des espèces striées, ils ont des dents plates qui peuvent être grattées en surface.
  • Os et natation : Ils ont des os cartilagineux minéralisés, pas aussi osseux que les autres poissons. De plus, ils n'ont pas de vessie natatoire, ce qui les fait nager constamment ou rester au fond, sinon ils couleront. Par contre, ils ont un foie énorme, qui contient des lipides (squalène), qui l'empêchent aussi de couler.

Holocéphale

Au sein des Chondrichtyens, nous trouvons ce groupe qui comprend les chimères. Ce petit groupe est composé d'environ 47 espèces aujourd'hui. Anatomiquement, il présente un mélange de caractères élasmobranches et poissons osseux :

  • Corps: Ils ont une forme très étrange, leur corps est allongé et leurs têtes saillantes, ils ont une structure classique qui peut supporter les femelles lors de l'accouplement. Son nez est comme un lapin et sa queue est comme un fouet.
  • Mâchoires et dents : Ils n'ont pas de dents, mais des plaques plutôt larges et plates. La mâchoire supérieure est complètement fusionnée avec le crâne, contrairement aux autres, c'est de là que vient son nom (holo = tout, tout et cephalo = tête).
  • Dimensions : Ils peuvent mesurer jusqu'à 2 mètres de long.
  • Défense: Sa nageoire dorsale a une épine venimeuse.
  • Nourriture: Leur régime alimentaire est basé sur des crustacés, des mollusques, des échinodermes, des petits poissons et des algues, qui sont des mélanges alimentaires qu'ils broient pendant l'alimentation.

Baignade des Chondrichtyens

chondrichtyens

Les élasmobranches ont des écailles cutanées, ce qui leur permet de réduire les turbulences lors de la nage. Par contre, avec leur foie riche en lipides, leur capacité à avaler de l'air et leurs nageoires, ce sont d'excellents nageurs et ces adaptations leur permettent de rester dans l'eau. Des ailerons étranges peuvent vous faire swinguer, et même des ailerons peuvent vous contrôler. D'autre part, l'aileron arrière peut contrôler la poussée et générer une force de suspension en raison de sa forme inhabituelle.

Les raies manta sont adaptées à la vie sous-marine, le corps est plat, avec des nageoires uniformes qui s'élargissent et se confondent avec la tête, agissant comme des ailes lors de la nage. Leurs dents sont plates, capables de gratter les surfaces et de broyer les aliments, qui sont généralement des crustacés, des mollusques et des petits poissons.

Leurs queues sont en forme de fouet, avec une ou plusieurs épines au bout, qui sont reliées aux glandes vénéneuses de certaines espèces. Ils ont également des organes électriques des deux côtés de la tête, qui peuvent produire des décharges électriques et assommer leurs proies ou prédateurs.

Reproduction

Évolution des chondrichthyes

Les poissons cartilagineux ont une fécondation interne et différentes modalités de reproduction que nous verrons ci-dessous :

  • Ovipare: Ils pondent des œufs remplis de jaune immédiatement après la fécondation. De nombreux requins et raies pondent leurs œufs dans le sac kératinique. Des filaments ressemblant à des vrilles se forment à l'extrémité du sac, qui sont utilisés pour adhérer au premier objet solide qu'ils touchent. Les embryons peuvent se former en 6 mois à 2 ans. Habituellement, ce modèle se produit chez les petites espèces benthiques, qui peuvent pondre jusqu'à 100 œufs.
  • Vivipare: Ils développeront un véritable placenta dont l'embryon pourra se nourrir. Ce mode de reproduction a favorisé leur succès évolutif dans ce groupe. Il est présent chez près de 60 % des poissons cartilagineux et des grandes espèces actives.
  • Ovivipare : ils retiennent l'embryon dans la trompe de Fallope pendant le développement embryonnaire et se nourrissent de son sac vitellin jusqu'à la naissance. À son tour, il fournit aux embryons différents types de nourriture, comme la lécithine, où l'embryon se nourrit du jaune d'œuf ; nutrition tissulaire, où un ou plusieurs embryons sont nourris par le liquide (nutrition tissulaire) produit par les villosités sur la surface interne de l'utérus. D'autre part, il existe des ovules, c'est-à-dire des embryons qui se nourrissent d'œufs fécondés lorsqu'ils sont dans l'utérus. Enfin, il y a les lauriers roses ou le cannibalisme dans l'utérus.

J'espère qu'avec ces informations, vous pourrez en apprendre davantage sur les Chondrichthyes et leurs caractéristiques.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

bool (vrai)