L'Espagne, un mauvais exemple dans le secteur des énergies renouvelables

L'Espagne doit réduire la pollution grâce aux véhicules électriques Avant renouvelable, toute une série de circonstances combinées entre les économie, mouvements démographiques, changement climatique et technologie, ont lancé une transformation généralisée du système énergétique mondial, où les opportunités commerciales, le travail ou la rentabilité économique sont pleinement opérationnels, créant un enracinement commercial qu'il y a dix ans était impensable et aussi, soutenu et socialement accepté sur la base d'un des labels les plus reconnus ... "Durabilité".

Alors qu'à l'échelle mondiale des milliards sont investis dans l'installation d'énergies renouvelables pour ses avantages plus que palpables, et nous pouvons le voir dans le graphique suivant du rapport Ren21"Renouvelables 2015 - RAPPORT SUR LA SITUATION MONDIALE" publié en décembre dernier.

flux-inversion-énergies-re

Investissement mondial, dans  énergies renouvelables et carburants dans les pays développés et en développement entre 2004 et 2014, il a considérablement augmenté. On sait que Espagne Il a été classé - 2014 - parmi les sept pays leaders en capacité de production d'énergie renouvelable dans le monde, grâce principalement au secteur éolien:

 

Bien qu'en réalité nous avons "Désemparés", année 2012, 2013, 2014, dans les investissements dans le secteur des énergies renouvelables. Nous avons toujours la même capacité installée. On peut le voir dans le graphique suivant de IRENA(Agence internationale pour les énergies renouvelables)

capacité-énergie-installée-espagne

Peut-être jusqu'à présent, aucun de nos lecteurs ne sera surpris par les données. Nous savions déjà que nous sommes de bons producteurs d'énergie renouvelable et cela, pour différentes raisons; crise, lois d'autoconsommation et peut-être d'autres facteurs plus «cachés», ces dernières années, nous n'avons pas investi davantage, c'est le moins qu'on puisse dire. Mais… Que se passe-t-il si, comme on ne peut pas produire plus d'énergie renouvelable, face au besoin de consommation, on tire la charrette fossile?

L'Espagne et les énergies renouvelables en 2015

C'est de là que vient le dernier rapport Réseau électrique espagnol, la société cotée sur l'IBEX35 a publié des données sur la manière dont nous avons couvert notre demande d'électricité en Espagne en 2015. Là où deux données se démarquent fortement par rapport à 2015: Malheureusement, nous avons consommé moins d'énergies renouvelables et beaucoup plus de charbon et de gaz par rapport à 2014.

Bien que le rapport nous dise ... «Les énergies renouvelables conservent une place prépondérante dans la production d'électricité dans son ensemble mais baissent d'environ cinq points par rapport à l'année précédente, conditionnée par la variabilité de la production d'énergie hydroélectrique et éolienne, qui cette année a enregistré des baisses de 28,2% et 5,3%. XNUMX % respectivement. Cependant, il convient de noter que l'énergie éolienne a été la technologie qui a le plus contribué à la production totale d'électricité péninsulaire au cours des mois de février et mai "

Que se passe-t-il lorsque les émissions de CO2 augmentent

En raison de facteurs externes, la météo, nous n'avons pas été en mesure de produire plus énergie dans les énergies renouvelables, le dilemme vient du fait que nous avons dû tirer la consommation d'énergie fossile, ce qui augmentation des émissions de CO2.

En ayant plus d'émissions de CO2 en 2015, nous devrons payer plus en droits carbone…. Combien? Un chiffre exact et avec des données sur le tableau, On ne peut le créditer qu'à une estimation:

  • Selon Greenpeace Espagne: 2015. Nous devrons payer plus de 100 millions d'euros supplémentaires en droits carbone pour les 14 millions de tonnes de CO2 en raison de l'entrée massive du charbon (+ 22%) et du gaz (+ 17%).
  • Selon le pays: entre 2008 et 2012 dépensé plus de 800 millions pour acheter des droits de CO2.

La valeur des émissions de carbone peut être consultée chaque année dans le journal El Economista, et leur prix augmente chaque année.

Peu importe si nous allons payer plus ou moins. Le vrai problème de la question, à notre avis, est que les millions d'excédent que nous pouvons payer pour l'augmentation des émissions de CO2 associé à la production d'électricité (année 2015), ils seront gaspillés, ils n'ont pas de retour. Tous ces millions pourraient être investis en 2012, 2013 et 2014 pour augmenter la production d'énergie renouvelable.

CO2

Donc, Si d'ici 2015 nous avions déjà une aversion avec l'approvisionnement énergétique en termes d'énergies «propres», nous prévoyons 2016 et 2017 dans la même veine. Que ce soit en raison ou non des changements radicaux du climat que nous vivons ou du simple fait que la société consomme de plus en plus d'électricité.

Bien que cette année une politique énergétique cohérente est favorisée, ce dont je doute compte tenu des mouvements du PP et des citoyens, les résultats possibles d'une véritable production d'énergie ne seraient pas à court terme. Puisqu'un nouveau parc ou une nouvelle centrale solaire n'est pas un projet qui se déroule du jour au lendemain

 


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.