Les syndicats maintiennent leur engagement envers l'énergie du charbon de demain

production de charbon

La validité de Cadre d'action pour les régions charbonnières et minières 2013-2018 s'achève cette année en envisageant un plan de fermeture ordonnée du secteur en plus d'une aide compensatoire.

En vue de l'achèvement de cette marque, CCOO, UGT et USO, les 3 principaux syndicats, ont montré leur intention de continuer à prolonger ledit plan, les mines et l'énergie au charbon.

Les commissions ouvrières affirment que:

"Le charbon national doit continuer à faire partie du mix national et nous devons travailler pour qu'il ait un avenir au-delà de 2018."

Bien sûr, les syndicats ils ne s'orientent pas du tout vers un scénario de décarbonation.

Industrie, Construction et Agro (UGT FICA) considère que l'engagement de l'Union européenne, des partis politiques et des gouvernements:

"Cela ne devrait pas se faire, comme certains le pensent, en fermant d'abord les mines puis en les réindustrialisant, mais en entretenant les mines et en même temps en les réindustrialisant, récupérant ainsi tout le tissu industriel perdu dans les régions minières."

Ces déclarations étaient le résultat de glisser Daniel Navia, Secrétaire d'État à l'énergie, à engagement à créer un groupe de travail pour étudier la prolongation du Plan Charbon 2013-2018, pour le 28 février prochain.

Les syndicats susmentionnés et le ministère de l'Énergie, du Tourisme et de l'Agence numérique feront partie de ce groupe, cependant, CCOO propose également que dans un la deuxième phase Carbojunction peut être incorporée, les employeurs du secteur.

Alors que le ministère de l'Énergie persuade les syndicats qu'il «tentera de modifier» l'arrêté royal de fermeture des centrales électriques, le Fédération industrielle de l'Union Sindical Obrera, connu sous le nom de FI-USO, a demandé à Daniel Navia de augmenter l'horizon temporel de l'application du plan social jusqu'à la fermeture définitive des unités productives couverts par le Plan Charbon 2013-2018.

La Fédération de l'industrie du syndicat des travailleurs considère que:

"Ils doivent être appliqués aux travailleurs contractuels et sous-traitants qui satisfont aux exigences, car ils sont soumis aux mêmes sanctions que les travailleurs des sociétés mères."

En revanche, la réunion de l'UGT-FICA et du CCOO de l'Industrie a donné pour aborder le contenu de l'arrêté royal sur les fermetures d'usines qu'elle a reçu de sa part un rapport critique et solide de la CNMC, la Commission nationale des marchés et de la concurrence.

Selon les informations obtenues auprès de CCOO, Daniel Navia leur a assuré qu'il continuera à travailler dans le même sens et bien sûr, «il tentera de modifier le texte que la CNMC lui a remis pour qu'il reçoive leur approbation.

Mécanismes pour continuer la production

L'UGT a défendu le maintien du nouveau plan:

"Une production de charbon indigène et que son utilisation est assurée dans les centrales thermiques."

Pendant ce temps, par CCOO:

"Le charbon national doit continuer à faire partie du mix national et nous devons travailler pour qu'il ait un avenir au-delà de 2018."

centre du Royaume-Uni

aussi L'UGT demande que tous les mécanismes possibles pouvant permettre la poursuite de la production soient réactivés y:

«Reprendre et promouvoir les projets de captage, séquestration et stockage du CO2; et de remplacer la procédure de restrictions de garantie d'approvisionnement par une autre qui garantit la participation suffisante du charbon national dans le mix de production d'électricité qui permet de consolider le secteur du charbon autochtone dans notre pays ».

Cette défense extrême du secteur par les syndicats Il se produit dans un scénario de décarbonation proposé par l'UE, des accords internationaux tels que l'Alliance mondiale pour l'élimination du charbon et des décisions commerciales telles que celles des compagnies d'électricité Endesa et Iberdrola, en faveur de la fermeture de certaines de leurs centrales de production d'électricité alimentées au charbon.

Alors que ces 3 syndicats continuent de vouloir prolonger le plan de fermeture des centrales électriques et de poursuivre la production et la consommation de charbon et d'énergies fossiles, l'Union européenne et de nombreux autres pays se battent pour la décarbonisation complète de la planète, pariant sur les énergies renouvelables. .

 


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.