Le pari sur le charbon empoisonne l'air du Vietnam

Pollution du charbon au Vietnam

Le pari pris par les autorités vietnamiennes pour centrales électriques au charbon afin de répondre à la forte augmentation de la demande énergétique entraîne l'augmentation des émissions polluantes, rendant ainsi l'air insalubre dans les grandes villes.

Hanoï est la ville la plus touchée, déjà en 2017 seulement a profité de 38 jours d'air pur, multipliant par quatre les niveaux minimaux moyens de l'OMS (Organisation mondiale de la santé), selon un nouveau rapport de Green ID (le Centre vietnamien pour l'innovation verte et le développement.

Tandis que trafic et industries environnants ont quelque chose à voir avec les émissions comme dans n'importe quelle autre ville les plus de 20 centrales au charbon sont ajoutées entourant la capitale.

Le rapport cité ci-dessus souligne ce fait comme l'un des principaux facteurs, la qualité de l'air étant aux dernières positions en Asie du Sud-Est.

Nguyen Thi Khanh, directeur de Green ID, a expliqué lors d'une récente conférence à Hanoi que:

«Des pays comme la Chine et la Corée du Sud tournent le dos au charbon car il présente un risque pour la santé.

Il est temps pour nous de choisir un nouveau mode de développement qui n'implique pas le sacrifice de l'environnement et de l'air pur ».

Cependant, des voix comme celle de Khanh, heureusement de plus en plus nombreuses, ne changent pas les plans des autorités vietnamiennes, qu'ils ont vus en le charbon est une source d'énergie bon marché pour répondre aux besoins de l'industrie et des consommateurs eux-mêmes, qui croissent de plus de 10% chaque année.

Plus de centrales au charbon

Les énormes progrès économiques des 3 dernières décennies ont déclenché la demande d'énergie, par conséquent, nous avons beaucoup de dommages à l'environnement.

Entre 1991 et 2012, le PIB (produit intérieur brut) du pays a augmenté de 315% tandis que l'augmentation des émissions de gaz à effet de serre est de 937%.

D'autre part, avec les 26 centrales à charbon que le pays a en fonctionnement, le régime communiste prévoit d'en ajouter 6 autres d'ici 2020 et de fonctionner d'ici 2030. au moins 51 centrales à charbon, espérant ainsi produire plus de la moitié de l'énergie consommée, brûlant environ 129 millions de tonnes de charbon par an.

machines de noyau de charbon

Dans la province de Long An, très proche de Ho Chi Ming (la ville la plus peuplée du pays et où l'air pousse de façon alarmante), la construction de l'une des plus puissantes de ces centrales au charbon est prévue.

Le Centre vietnamien pour l'innovation et le développement vert estime que si la construction de cette usine est achevée, le volume de poussière dans l'air dans certaines zones se multipliera par 11, de plus, l'oxyde de soufre augmentera de 7 et celui de l'oxyde de nitrate de 4 par rapport aux niveaux établis en 2014.

Cela rendra la tâche difficile L'engagement du Vietnam à réduire ses émissions polluantes d'ici 2030 de 25%.

Décès prématurés

Selon une étude publiée par l'Université de Harvard et Greenpeace, la construction et l'ouverture de ces centrales électriques au charbon entraîneront également une forte augmentation des décès prématurés dans le pays.

On estime que d'ici 2030 plus de 20.000 Vietnamiens mourront par an, environ cinq fois plus qu'en 2011 et même dépassant la moyenne des pays voisins.

Kim Yong Kim, président de la Banque mondiale a averti lors d'une conférence que:

«Si le Vietnam poursuivait ses projets et que les pays de la région suivaient le même chemin, ce serait un désastre pour la planète».

Cette entité, qui a financé plusieurs centrales à charbon en Asie ces dernières années, il se terminera par son aide à partir de 2019. Cependant, le Vietnam se tournera vers des financements de pays comme la Corée du Sud, le Japon et la Chine, pays où le charbon perd du terrain et où ses exigences environnementales sont beaucoup plus strictes pour les entreprises.

Pour ces raisons, l'alternative durable réclamée à la fois par la Banque mondiale et les groupes environnementaux pour le nombre d'heures d'ensoleillement et le potentiel éolien de certaines régions pour le régime de Hanoi ne semble pas prioritaire.

Hoang Quoc Vuong, vice-ministre de l'industrie, a justifié que:

"La volonté d'aller de l'avant continuera à être celle de l'énergie produite avec du charbon en raison de difficultés techniques et du manque de stabilité du soleil et du vent dans le pays."

 


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.